Histoire de chaque jour Mise à jour juillet 2017

Il y a dans toutes les familles des vieux papiers, des négatifs ou d’anciennes photos qui ont été conservés soigneusement. Mis bout à bout, ils peuvent aujourd’hui nous raconter une histoire du quotidien de ces ancêtres qui ont fait ce que nous sommes aujourd’hui.

Ce site se veut être la mémoire de toutes ces personnes dont les descendants aboutissent dans ces familles :

Auriol

|

Pebernad Auriol Langautier (1632)

||

Pebernad Langautier (1832)

|

Pebernad de Langautier (1871)

|

Le site internet

Ce site a lui-même sa propre histoire. Mise en ligne fin 209, il comporte désormais 248 pages et propose 6 900 photos et documents ; en termes de fréquentation, c'est à ce jour, 19 000 pages vues par 8 000 personnes à partir d’une centaine de pays. Le CMS qui le supporte est une création maison, ce qui fait aussi partie du plaisir.

été 2017 – en cours Voyage de Louis à Madagascar Lire la suite 
Album photo d'Etienne Rouis Lire la suite , ou de Yvonne Rouis Lire la suite
Album photo de Jules Paloque Lire la suite

Juin 2017 Publication de l’album de photo de Louis et Geneviève de 1922 à 1960 Lire la suite 

février 2017 Publication des carnets de Louis de Langautier pendant la guerre de 14 avec la réconciliation du texte et de l’album de photos, Lire la suite 

janvier 2017 – évolution technique Mise à jour des paramètres de chaque document pour les aligner avec les évolutions réalisées pour les murs d’image. Bonne nouvelle, l’organisation retenue permet de faire évoluer simplement la façon dont le site est codé.

rentrée 2016 Transcription des carnets de Louis. Lire la suite 

juillet 2016 – migration technique Développement pour contourner une limitation de Word 2016.

hiver 2016 – Louis entre 14 et 18 Numérisation des documents de Louis de Langautier sur sa guerre de 14, à savoir 600 photos et un journal de 170 pages. Voir l’année 1914 

hiver 2016 – murs d’images Développements afin de créer les murs d’images pour les albums de Louis et les pages existantes comme l’Album de Robert. Voir le résultat

été 2015 – support tablettes et téléphones Passage du site en mode adaptatif (responsive) par l’intégration de Bootstrap, refonte de cette page d’accueil.

août 2010 – mesure d’audience Intégration de Google Analytics.

2009 – pages Alfroy Recherches et publication des pages Alfroy. Lire ici 

2009 – site internet Publication sur Internet et développement d’un logiciel de gestion de contenu (CMS) avec Word / VBA, ImageMagick et Highslide.

2008 – lettres de Casimir de Bonne Numérisation / transcription des lettres de Casimir de Bonne dactylographiées par son fils pour constituer un document Word imprimable. Lire ici 

Les pages les plus consultées

Bataille de Bertrix

Transcription du fascicule du Jules Paloque.

1 600 visiteurs

Pebernad

Marchand de draps depuis Dourgne dans le Tarn.

1 000 visiteurs

Album de Robert

Photos de toute une vie à Cepet dans le midi Toulousain.

900 visiteurs

Merlat en Capcir

Claude Gour raconte la dure vie des habitants du Capcir.

700 visiteurs


Hautpoul

Lignage médiéval

900 visiteurs

Montlezun

Lignage médiéval

850 visiteurs

de Bonne

Lignage médiéval

700 visiteurs

Villemur

Lignage médiéval

570 visiteurs

Guillou

Négociants en vin

700 visiteurs

Testa

Génois à Constantinople

700 visiteurs


Gilles Merlat


Pharmacien en Algérie

450 visiteurs

Casimir de Bonne

Marin à voile et à vapeur

350 visiteurs

Bernard de Bonne

Sénéchal de Carcassonne

350 visiteurs

Angélique Testa

De Constantinople à Toulouse

300 visiteurs

Louis Rouis


Pharmacien militaire

180 visiteurs

Jeanne Delmas

Au couvent à 12 ans en 1704

Lire la suite


Fond photographique

Louis de Langautier (1878-1956) s'est longtemps déplacé avec son appareil de photo à la main ce qui nous permet de disposer aujourd’hui de plus de 2 000 photographies prises sur la première moitié du xxe siècle

Parlons famille

Nos pères s'appelaient Auriol ou Pebernad, mais c'est Langautier qui porte la magie, en voici l’histoire.

Thumb\I0_170702-1243_100.jpg

1981, Annie et Arlette de Langautier devant ce qu'il restait de la maison à Langautier.

En Lauragais

Langautier, c'est un lieudit à l’est de Toulouse où se trouve, depuis sans doute des temps très très anciens, une belle métairie à deux paires résultat de la nécessité de disposer d’une paire de bœufs par 12 hectares de terres à labourer.

Son étymologie est à deux étages. L'endroit qui devait appartenir1 à Gautier c'est d'abord appelé En Gautier en raison de l'abréviation de mossenh (monsieur en occitan) en En.

Le second étage provient d'un autre usage très local, qui consistait à incorporer l'article dans le nom lui-même, l'en gautier devenant alors Langautier.

Langautier, sur la centaine d'année à cheval entre xviiie et le xixe siècle, ce fut une maison sans charme, bloc carré au milieu des labours. Elle finira par ne plus être entretenue, les allemands la trouveront délabrée et s'en serviront, un après-midi d'occupation, comme cible pour leurs artilleurs.

La mise en place du nom

En 1632, Bertrand Auriol, marchand de Loubens-Lauragais à la suite de Guillaume, puis d’Arnaud, puis de Jean son père, décide comme ceux-ci l’avaient fait avant lui de transformer en terres agricoles les fruits de son négoce. Depuis 10 ans la région subissait les effets des conflits avec les protestants, Bertrand qui était maintenant quinquagénaire, trouve avec Langautier qui voisine les autres terres qu’il possède déjà, une opportunité pour sécuriser ses revenus.

En 1708, son arrière-petit fils Jean-Pierre en épousant sa voisine Marie de Puybusque, trouvera opportun d’ajouter à son état-civil la mention sieur de Langautier pour se créer un statut social en ligne avec celui, supposé, de sa belle-famille. Il faut dire que Jean-Pierre fort des revenus des terres acquises par les 6 générations de marchands qui le précèdent, avait entrepris de s'élever dans l’échelle sociale. Ils finiront par s'installer à Langautier dans la maison qu’ils ont fait construire pour loger leurs 9 enfants.

En 1745, son fils Joseph épouse Marie Marguerite de Montlezun et, fort de cette illustre alliance, va poursuivre toute sa vie la chimère de la noblesse. Ce seront un essai infructueux sur un lignage médiéval Auriol, un autre sur Langautier fief noble, enfin l’usage du patronyme de Saint Padou récupéré chez les Puybusque.

Son fils Antoine, pendant le règne de Louis XVI devient officier mais prend le contre-pied de son éducation, s'affiche tout aussi bien Auriol que Langautier, adopte les idées de la Révolution et en 1794, fera de la prison pour avoir été un agent de la Terreur à Verfeil. C'était bien le fruit d’un choix personnel d'Antoine, puisqu’à la même époque, son frère Joseph sera officier en émigration et sa tante, de 14 ans son ainée, Henriette sera internée par les révolutionnaires pour fanatisme religieux à la maison Saint Sernin à Toulouse. Antoine sera vite réintégré et continuera d’afficher son Jacobinisme dans la région.

En 1808, Henriette fille d’Antoine (et de même prénom que sa grande tante), épouse Jean-Pierre Pebernad, descendant d’une famille de marchands de Lagardiolle dans le Tarn. Voici la seconde partie de notre nom qui arrive, mais ce nom est impossible à lire avec l’absence du second r qui le rend à la fois trop proche et trop loin de Bernard, largement dissonant avec un p-b initial, sans origine déterminée mais avec de nombreuses variantes comme Peybernat ou Peberne. Tout l’inverse de Langautier, là-dessus, il y a unanimité dans les générations qui vont suivre.

Thumb\I0_170702-1243_110.jpg

C'est une affiche équivalente, publiée à la suite du coup d'état qui vaudront à Jules d'être poursuivi par le nouveau régime.

En 1832, 24 ans plus tard, cette même Henriette hérite de son oncle Joseph, l’officier émigré, des terres de Langautier où elle s'installe pour élever ses enfants. Son fils Jules signe désormais Pebernat-Langautier. Propriétaire terrien, c’est-à-dire rentier dans notre midi Toulousain où il ne vient à l’idée de personne d’entreprendre comme le font à cette époque ceux qui vont créer les industries dans le nord, s'occupe en faisant de la politique, affiche des positions radicales qui vont devenir aussi une constante de la région, jusqu’à ce qu’il se retrouve fiché comme anarchiste.

En 1851, Jules s'oppose coup d’état de Napoléon III. Il subit la répression du nouveau pouvoir qui aura comme conséquence la mise en vente de Langautier, la ruine pour sa famille et pour lui la folie.

En 1870, Marcellin le fils de Jules (et pour nous, le frère d’Albert) cède à la folie de ce temps, prend le contre-pied des trois générations qui l’ont précédé et obtient, dans le dernier printemps de l’Empire, l’insertion de la particule dans notre patronyme. Dans le même esprit, il essaiera dix ans plus tard de racheter la maison où il était né et dont il portait le nom, mais dans de telles conditions, il ne put jamais en obtenir un prix raisonnable. Le même Marcellin qui n'était pas à une contradiction près, se fera ensuite taper sur les doigts pour avoir essayé d’obtenir pour lui-même une compensation des dommages subis par Jules.

Vers 1900, Louis le fils d’Albert se cherchera un peu lors de son arrivée à Paris où il se fera faire des cartes de visites avec un titre de comte. Il se ravisera vite, partira chercher de l’or à Madagascar dont il reviendra les poches vides, traversera sans encombre la guerre de 14 et eut, ce qui est heureux pour nous, deux fils, Jean et François dont descendent les 8 enfants de la génération 1960, les 35 de la génération 1990 et déjà 11 de la génération 2010 dont aucun ne s'appelle Langautier.

La génération 1990 compte 12 garçons, ils sont désormais en âge d'écrire la page nouvelle.

Les mémoires les plus anciennes

viie
viie
viiie
ixe
xe
xie
xiie
xiiie
xive
xve
xvie
xviie
xviiie
xixe
xxe
de Montlezun (Auriol Langautier)Arbre16
de Villemur (Montlezun – Auriol Langautier)Arbre16
d’Hautpoul (de Bonne)Arbre16
de Bouques (Bessieres – Paloque)Arbre16
de Puybusque (Auriol Langautier)Arbre16
Salvago (de Bonne)Arbre16
Martel (de Bonne)Arbre16
Testa (de Bonne)Arbre16
Jacquot (Rouis)Arbre16
Dunyach (Tailleur)Arbre16

Les documents les plus anciens

xvie
xviie
xviiie
xixe
xxe
Jean Auriol
Acte d’achat d’En Faysset à Loubens en 1577.
Bertrand Auriol
Achat par Bertrand de la métairie de Langautier en 1632.
Antoine Lemayre
Les actes des achats à Ventenac Cabardes en 1644 et après.
Pierre Germain Fortanier
Acte d’achat d’En Segonne à Lagardiolle en 1648.
Michel Lamarque &
Marie Lemayre
Pacte de mariage de 1663
Testament de 1696.
Jean Lamarque &
Jeanne Delmas
Achat par Jean de Sainte Eulalie en 1731 qui est toujours dans la famille.
Documents de la procédure entre 1704 et 1711 de Jeanne contre son oncle Guillaume.
Pierre Germain Pebernad
Acte d’émancipation par son père en 1704.
Thomas Beaulieu
Acte d’achat de 3 quartiers de terre à Lieusaint en 1722.

Les particularités

xviiie
xixe
xxe
Marie Najac
Meurt d’une maladie de langueur, sans doute suite aux troubles liés à la révocation de l’édit de Nantes.
Henriette Auriol Langautier
Collatérale – Fort caractère, Internée pendant la Terreur pour fanatisme religieux.
Joseph Auriol Langautier
Collatéral – Officier de l’ancien régime, sera à Valmy du côté Autrichien puis émigré.
Denis Alfroy
Nous savons seulement que sa mort a été enregistrée à l’état civil militaire.
Jean Poulenc
Membre de la Garde nationale, trouve la mort lors des événements de Chanac en Lozère.
Germain Picheran
Orphelin des Hospices civils de Lyon, adopté par le ménage Darmedru.
Louis Grégoire Tailleur
Soldat de l’Empire, participe à la guerre d’Espagne avant de s’installer à Prats de Mollo.
Gilles Rouis
Soldat de l’Empire, participe à la guerre d’Espagne.
Charlotte Desmarets
Blessée en 1814 au siège de La Fère. , décède à Toulon pendant l’épidémie du choléra en 1835.
Pauline Julienne-Paloque
Orpheline, mariée à 17 ans.

Les points d’ancrage

Notes et références

  1. ↑ Le même usage se retrouve à Loubens-Lauragais pour En Faysset maison de Pierre Auriol fils de Bertrand, ou encore en Jacques Auriol pour la maison achetée vers 1780 par son fils Jacques et qui porte désormais son nom.

Les documents numérisés ne peuvent pas être utilisés à des fins commerciales sans autorisation à obtenir auprès de Langautier@free.fr